Fondation Ling - page d'accueil
 
Hypnose médicale
et thérapeutique

Fondation Ling
MEDECINE - PSYCHOLOGIE - CULTURE

 

La fondation Ling et l'hypnose thérapeutique

L'hypnose est une pratique relationnelle et de soin ayant toujours eu un statut particulier dans notre culture, dans la mesure où elle est née de la médecine moderne, qu'elle est toujours largement pratiquée dans cette médecine et qu'elle est pourtant, la plupart du temps, considérée comme une approche alternative. Elle est à la base de centaines de techniques thérapeutiques et son histoire recèle une somme d'informations considérables pour le recensement des techniques de soins (première étape définie par la charte). Son exploration et son évaluation sont, depuis plus de deux siècles, à la source de nombreuses réflexions méthodologiques et épistémologiques (deuxième étape définie par la charte). Basée sur la relation humaine et nécessitant par conséquent de considérer la particularité et la globalité de chaque individu, elle est enfin une pratique de soin simple et efficace, qui gagne à être davantage intégrée dans les soins modernes (troisième étape de la charte). Ces différents aspects de l'hypnose expliquent l'intérêt de la fondation Ling pour cette technique thérapeutique qu'elle a intégrée dans son programme de formation et de développement personnel depuis 1993.

L'Unité d'Hypnose de la Fondation Ling - UHFL

En collaboration avec les Drs Bertrand Picard, René Rumeley et Patrick Noyer, le Dr Gérard Salem a fondé l'Unité d'Hypnose de la fondation Ling (UHFL) qu'il a ensuite dirigée seul entre 1995 et 1999 avant d'en confier la direction jusqu'à ce jour au Dr Eric Bonvin. Celui-ci est aujourd'hui entouré d'une équipe de thérapeutes et d'enseignants chevronnés qui assurent la qualité, unanimement reconnue, des activités de l'UHFL. Il est également entouré dans cette tâche d'une équipe administrative coordonnée par Mme Anne Spagnoli dont le sérieux et la disponibilité contribuent indubitablement à l'excellente réputation dont jouit l'UHFL. Les Drs Eric Bonvin et Gérard Salem collaborent étroitement à la diffusion de cette technique thérapeutique. Ils ont publié ensemble, dans premier temps aux éditions Ling puis aux éditions Masson à Paris, des ouvrages de référence diffusés aujourd'hui en toute la francophonie (1). Les activités et la gestion de l'UHFL sont soumises à une procédure de contrôle de la qualité placée sous la responsabilité du Dr Eric Bonvin depuis 1999. Il a, à cet effet, rédigé un second concept d'activité pour les années 2003-2006 (le premier ayant permis de planifier l'activité de l'UHFL de 1999 à 2003) qui est disponible en annexe à ce document et qui fait intégralement partie du concept d'activité de la fondation Ling : « Concept d'activité et de gestion de l'Unité d'Hypnose de la Fondation Ling – période 2003-2006 ». Ce concept a été évalué et validé par plusieurs institutions de référence et est actuellement en cours d'évaluation auprès de la Société Médicale Suisse d'Hypnose (SMSH).

De la fondation Ling à la fondation IRHyS – Institut Romand d'Hypnose Suisse

C'est de la convergence entre plusieurs circonstances que l'idée de la constitution de la fondation IRHyS a pris forme. La fondation IRHyS est tout d'abord issue du changement d'identité et de buts de l'ancienne fondation Ling – médecine, psychologie et culture, créée sous l'impulsion de Gérard Salem, qui a existé depuis 1991 jusqu'à sa métamorphose en IRHyS le 15 juin 2004. Sans revenir sur l'aventure de la Fondation Ling en elle-même , il nous faut cependant évoquer son activité en matière d'hypnose. C'est en 1993, sous l'impulsion de Gérard Salem, que débute un premier enseignement d'hypnose organisé par la fondation Ling et avec la collaboration de Patrick Noyer, Bertrand Picard et René Rumley. Cet enseignement connut un beau succès et fut dès lors reconduit annuellement. A Genève, la SHypS développa une activité importante sous l'égide de Philippe Bourgeois, Nicole Cuddy et Alain Forster, tous membres actifs de la Société d'Hypnose clinique Suisse (SHypS). Patrick Noyer, Bertrand Picard et René Rumley formèrent ensuite le Groupement Romand de la Société Médicale Suisse d'Hypnose (GRSMSH) et se consacrèrent dès lors exclusivement à ce groupement qui connut également un beau succès. La fondation Ling poursuivit et développa son activité en la confiant, en 1999, à Eric Bonvin qui l'organisa en constituant l'Unité d'Hypnose de la Fondation Ling (UHFL) qui devint une entité de la fondation exclusivement destinée à l'hypnose thérapeutique. Développant l'enseignement de l'hypnose aux professionnels du soin et de l'autohypnose au grand public en le systématisant et en le soumettant à une évaluation qualitative, l'UHFL s'est dotée de deux concepts de planification et de contrôle de la qualité de ses activités, le premier pour la période 1999-2002 et le second pour la période 2002-2004. Forte de son infrastructure et de sa réputation, l'UHFL a ainsi pu développer un partenariat avec les Institutions universitaires suisses et étrangères et a obtenu une accréditation officielle de la Société Médicale Suisse d'Hypnose (SMSH) en 2003.

Entre 1995 et 2000, une collaboration s'est esquissée avec le groupe de Genève réunit autour de Philippe Bourgeois, Nicole Cuddy et Alain Forster, tous membres actifs de la Société d'Hypnose clinique Suisse (SHypS). En 2000, à l'initiative de l'UHFL, par les voix de Jean-Paul Corboz et Eric Bonvin, une première tentative de dialogue a été proposée, en vain, avec le GRSMSH. La procédure d'accréditation amorcée par l'UHFL auprès de la Société Médicale Suisse d'Hypnose (SMSH) a ensuite permis à ces deux organismes de faire connaissance et, l'UHFL reçoit avec enthousiasme la proposition de la SMSH, par les voix de Philippe Zindel et Laurent Schaller d'une rencontre entre les différents acteurs de l'enseignement de l'hypnose médicale et psychothérapeutique le 15 mai 2003 à Lausanne. Cette rencontre fut significative pour tous les acteurs en présence puisqu'elle a permis l'amorce d'une collaboration pour la création d'une enseignement de base en hypnose médicale et psychothérapeutique commun à la SHypS, le GRSMSH et l'UHFL. La planification de cet enseignement de base a été confiée à un groupe de travail afin qu'il soumette une proposition concrète à l'ensemble des partenaires. Ce groupe a réuni Claude Béglin (SHypS), Eric Bonvin (UHFL-SMSH), Stefano Colombo (SHypS), Nicole Cuddy (SHypS), Alain Forster (SHypS), Laurent Schaller (SMSH-SHypS), Simone Schlegel (SMSH) et a bénéficié de l'aide administrative d'Anne Spagnoli (UHFL). Entre les mois de septembre 2003 et le mois de mai 2004, ce groupe s'est réuni à plusieurs reprises pour aboutir à une proposition d'enseignement de base commun qui a été accepté à l'unanimité des partenaires.

Les échanges et le partage des informations qui ont pu apparaître au cours des multiples occasions de rencontres qui ont eu lieu dès 2003 ont permis de constater différentes situations qui ont finalement motivé la Fondation Ling à lancer le projet IRHyS. En 2003, la situation était en effet la suivante :

  • La SHypS bénéficiait d'un développement de qualité mais essentiellement confiné à Genève.
  • La SMSH n'était plus représentée en Suisse romande que par un GRSMSH en déliquescence qui ne pouvait plus assurer, ni de formation de base, ni de formation continue adéquate.
  • L'UHFL disposait, certes, d'une excellente infrastructure qui lui valait son excellente réputation ainsi que d'une bonne implantation institutionnelle, mais elle ne pouvait plus faire valoir sa formation officiellement en Suisse sans passer par la SMSH et la SHypS en ce qui concernait les médecins et les psychologues (depuis l'entrée en vigueur en 2001, des nouveaux règlements de la Fédération des médecins helvétiques (FMH) sur la formation post-graduée et continue). Quoique bénéficiant d'une accréditation officielle de la SMSH, l'UHFL devait dès lors obligatoirement appliquer le programme officiel de cette même SMSH et de la SHypS ce qui la conduisait implicitement à reproduire un programme supplémentaire plutôt que complémentaire à celui de ces deux associations officielles. L'UHFL ne souhaitait pas non plus se cantonner à l'enseignement paramédical de l'hypnose et de l'auto-hypnose.
  • La Fondation Ling enfin se trouvait durant cette année 2003 à un carrefour très décisif de sa destinée. Après avoir tiré un bilan approfondi de ses 12 années d'existence ainsi que de la situation des médecines dites alternatives en Suisse, la Fondation Ling a fait le constat que la seule activité, non seulement stable mais en constant développement était celle de l'hypnose par l'UHFL, alors que toutes les autres activités en rapport avec les médecines alternatives connaissaient un net recul. En l'état, il devenait difficile pour la Fondation Ling de poursuivre ses buts et les missions qu'elle s'était fixées dans sa charte. La Fondation Ling s'apprêtait dès lors à une profonde restructuration visant à recentrer toute son activité sur l'UHFL en abandonnant toutes ses autres activités, notamment en relation avec les médecines alternatives. Elle entreprit dès lors des démarches juridiques allant dans ce sens tout en amorçant une procédure de demande de soutien financier auprès de la Loterie romande notamment.

C'est en tenant compte de ces différents paramètres, que la fondation Ling a jugé opportun de proposer sa métamorphose complète en fondation IRHyS. L'idée de l'IRHyS a ainsi été proposée autant pour soutenir les efforts de diffusion et de développement de la SMSH et de la SHypS dans le domaine des professions médicales et psychothérapeutiques que pour permettre aux acquis de l'UHFL en matière d'infrastructure, d'implantation institutionnelle que de développement des techniques hypnotiques pour les professions paramédicales et de l'auto-hypnose pour le public.

La fondation Ling, par le président de son Conseil, Eric Bonvin, soumit à consultation une proposition de buts, de statuts ainsi qu'une nouvelle charte aux différents partenaires de l'UHFL, de la SMSH et de la SHypS. Le groupe de réflexion et de planification d'un enseignement de base en hypnose médicale et psychothérapeutique commun en Suisse romande décida en l'occurrence d'intégrer rapidement le projet IRHyS dans sa planification en souhaitant lui confier la coordination et la gestion de celle-ci. Les comités nationaux de la SMSH et de la SHypS se concertèrent pour émettre un avis favorable à l'IRHyS et acceptèrent d'y déléguer officiellement un de leurs membres dans son Conseil, ainsi que le précisent ses statuts. La Fondation Ling entreprit des démarches auprès de la Loterie romande, qui s'apprêtait à lui faire un don de soutien conséquent, afin que le destinataire de ce don soit l'IRHyS et non plus l'UHFL. Cette demande fut acceptée et la fondation IRHyS a dès lors pu bénéficier d'un soutien financier substantiel pour la mise en place et le développement de son infrastructure.

C'est finalement le 15 juin 2004 que les documents notariaux ont été officiellement admis par l'autorité de surveillance des fondations et inscrits au Registre du commerce afin que la Fondation IRHyS naisse juridiquement. La première réunion du Conseil de la Fondation IRHyS se tiendra à Lausanne le 24 août 2004 et se composera des personnalités suivantes :

  • Eric Bonvin (Président en fonction – représentant de la SMSH)
  • Gérard Salem (Vice-Président en fonction, représentant des psychiatres et des psychothérapeutes)
  • Hélène Bottarelli (Trésorière en fonction démissionnaire)
  • Charles Chalverat (nouveau membre - représentant des professions socio-pédagogiques)
  • Nicole Cuddy-Pierrehumbert (nouveau membre – représentante de la profession de psychologue)
  • Alain Forster (nouveau membre – représentant des médecins praticiens et des médecins-dentistes)
  • François Grasset (nouveau membre – représentant des institutions académiques et sanitaires)
  • Marie-Claire Guinand (nouveau membre – représentante des professions paramédicales)
  • Laurent Rossier (nouveau membre – représentant de la SHypS)
  • Simone Schlegel (nouveau membre – représentante de la SMSH)

A son démarrage, l'IRHyS emploie deux collaboratrices qui exercent leur activité sous la direction d'Eric Bonvin :

  • Anne Spagnoli (50 % - coordinatrice, ancienne coordinatrice de l'UHFL).
  • Véronique Perrin (10 % - nouvelle collaboratrice chargée du secrétariat de direction-comptabilité).

>> www.irhys.ch

Bonvin, E. (2000). Place de l'hypnose dans le champ des psychothérapies. Soigner par l'hypnose. G. Salem et E. Bonvin. Paris, Editions Masson: 159-176.
Salem G. et Bonvin, E. (2000). Soigner par l'hypnose. G. Salem et E. Bonvin. Paris, Editions Masson.
Voir aussi les ouvrages « Soigner par hypnose » et « L’hypnose au pluriel » des Editions Ling.